Skip to Content

Restez chez vous, cultivez votre vie intérieure

De l'art d'être casanier

Cocooning en hiver. DR zoom

Vous préférez vous plonger dans un roman plutôt que d'aller boire un verre avec des amis. Vous appréciez de passer des heures à laisser vos pensées vagabonder, confortablement installé dans votre canapé. Vous aimez profiter d'un bon repas à la maison, plutôt qu'au restaurant. Vous préférez passer une partie au moins de vos vacances dans votre appartement douillet, plutôt que de courir à l'autre bout de la planète. Ne cherchez plus. Vous êtes un casanier.

Ne soyez pas honteux. Ce n'est pas une tare. Il est vrai qu'à l'heure des réseaux sociaux, de la sociabilité exacerbée, des vols low cost qui rendent accessibles des contrées lointaines, être casanier est plus rarement considéré comme une vertu et peut parfois provoquer l'incompréhension de la part de vos proches. Mais prendre du temps pour soi, chez soi, a aussi du bon.

  • Passez du temps chez soi n'est pas synonyme de repli

Ce n'est pas parce que vous aimez rester chez vous que vous êtes asocial, replié sur vous-même, peu ouvert sur le monde. Déjà, parce qu'être casanier ne signifie pas vivre reclus. Vous pouvez en profiter pour passer du temps en famille. Pour en apprendre davantage sur le monde à travers des lectures, des documentaires, des échanges sur les réseaux sociaux. Et, de temps en temps, aller chez des amis, voir une exposition, un film au cinéma, vous promener. Vous en profiterez peut-être d'autant plus que c'est plus rare.

  • Dans son intérieur douillet, on se ressource

Il n'y a pas de meilleur endroit que son chez-soi pour se reposer, après une journée de travail éprouvante ou pendant un week-end tranquille. Dans cet univers qui nous est familier, ce cocon où l'on est à l'aise, où l'on peut se laisser aller à être nous-mêmes, sans faire d'effort, nous pouvons nous ressourcer, retrouver nos repères, puiser de l'énergie.

  • On réapprend à prendre le temps

Ceux pour qui le domicile est uniquement un endroit pour dormir, prendre une douche et stocker des affaires tournent souvent bien vite en rond, lorsqu'ils doivent rester chez eux une journée entière. Pour d'autres, une journée est une succession d'heures et de minutes qui doivent être occupées par des activités les plus diverses et variées possibles sous peine de passer à côté de l'existence. Nous courons tous, en permanence, après le temps. Et prendre du temps pour soi est parfois plus compliqué qu'il n'y paraît. Prendre du temps pour « ne rien faire », l'est encore plus. Être casanier, c'est aussi savoir prendre le temps.

  • Connais-toi toi-même

C'est lorsque l'on prend le temps de se retrouver chez soi que l'on peut faire le point sur ce que l'on aime, ce que l'on pense, ce que l'on comprend, ce que l'on ignore. C'est ainsi qu'on apprend à se connaître. A faire le point pour savoir où l'on se situe dans le monde et par rapport aux autres.

  • Ne pas avoir peur de se retrouver face à soi-même

Être casanier, c'est parfois, aussi, ne pas avoir peur de se retrouver seul. Ne pas avoir un besoin irrépressible des autres pour exister, pour combler un vide. N'est-ce pas une force ?

  • Assumez, vous n'êtes pas seul

Peut-être êtes-vous simplement quelqu'un d'introverti, que la fréquentation d'un grand nombre de personnes fatigue rapidement. Peut-être vous sentez-vous submergé au contact d'une foule, au milieu du bruit et du mouvement. Quelles que soient vos raisons, n'ayez pas peur de dire que vous êtes casanier. Vous êtes loin d'être le seul. Vous doutez encore ? Prenez quelques heures de votre temps pour lire "Chez soi, une odyssée de l'espace domestique", de Mona Chollet. Elle saura achever de vous convaincre. On vous en dit plus ici.